Michel Sardou "Musulmanes" lyrics

Translation to: EN FI HE

Le ciel est si bas sur les dunes
Que l'on croirait toucher la lune
Rien qu'en levant les bras.
Comme un incendie sous la terre
Les aurores ont brûlé les pierres,
Blanchi les toits de Ghardaïa.

Voilées pour ne pas être vues,
Cernées d'un silence absolu,
Vierges de pierre au corps de Diane,
Les femmes ont pour leur lassitude
Des jardins clos de solitude,
Le long sanglot des musulmanes.

C'est un cri,
C'est un chant,
C'est aussi le désert et le vent,
Tout l'amour qu'elles ont dans le corps,
La gloire des hommes le chant des morts,
La joie de porter un enfant.
C'est un cri,
C'est un chant,
C'est aussi la douleur et le sang,
Toutes les fureurs qu'elles portent en elles,
La peur des hommes, la peur du ciel,
Et toutes les forêts du Liban.

Elles sont debout sur champs de ruines,
Sous le vent glacé des collines
Que la nuit leur envoie.
Pour elles, le temps s'est arrêté.
C'est à jamais l'éternité,
Le crépuscule de Sanaa.

Voilées pour ne pas être vues,
J'envie ceux qui les ont connues,
Vierges de pierre au corps de Diane.
Hurlant dans le silence énorme,
A l'heure où leurs amants s'endorment,
Le long sangIot des musulmanes.

C'est un cri,
C'est un chant,
C'est aussi le désert et le vent,
Tout l'amour qu'elles ont dans le corps,
La gloire des hommes le chant des morts,
La joie de porter un enfant,
C'est un cri,
C'est un chant,
C'est aussi la douleur et le sang,
Toutes les fureurs qu'elles portent en elles,
La peur des hommes la peur du ciel,
Et toutes les forêts du Liban.

The sky is so low over the dunes
That it looks like we could touch the moon
Just by raising our arms
Like a fire underneath the earth
The northern lights have burnt the stones
And whitened the roofs of Ghardaïa

Veiled not to be seen
Surrounded by absolute silence
Stony virgins with the body of Diana
The women have for their weariness
Enclosed gardens of solitude
The long sobs of the muslim women

It's a scream
It's an hymn
It's also the desert and the wind
All the love they have inside their body
The glory of men and the hymn of the dead
The joy of bearing a child
It's a scream
It's an hymn
It's also the pain and the blood
All the fury they carry inside themselves
The fear of men, the fear of the sky
And all the forests of Lebanon

They stand amongst fields of ruins
Under the icy wind of the hills
That the night sends them
For them, time stands still,
It will forever be eternity
The twilight of Sanaa

Veiled not to be seen
I am jealous of those who have known them
Stony virgins with the body pf Diana
Shouting in the immense silence
At the time when their lovers fall asleep
The long sobs of the muslim women

It's a scream
It's an hymn
It's also the desert and the wind
All the love they have inside their body
The glory of men and the hymn of the dead
The joy of bearing a child
It's a scream
It's an hymn
It's also the pain and the blood
All the fury they carry inside themselves
The fear of men, the fear of the sky
And all the forests of Lebanon