Terroristic russia is bombing Ukraine now.
Please, go and ask your governments to stop them.
Ask to switch them off SWIFT, payments, exports, EVERYTHING!
Help Ukraine financially:
Bank of Ukraine

Patricia Kaas "Rien ne s'arrête" Liedtext

Übersetzung nach: EN LV RU

La vie nous éloigne, nous rend fou
Elle met des montagnes entre nous
On suit notre chemin et d'un coup
On est si loin de chez nous,
Rien ne s'arrête...

La vie nous entraîne sans arrêt
Et sur nos yeux ne sème que des regrets
Où sont passés les rêves de notre enfance
Les paysages dessinés par les anges en silence

Rien ne s'arrête, d'autres vies continuent
D'autres parler sans taire
Pour ceux qui se sont tues
Rien ne s'arrête, les amours se décollent
Et même si l'on regrette,
Le temps lui continue son vol,
Rien ne s'arrête

La vie s'avance, on fait des erreurs
Mais pas dans le sens qu'indiquait notre cœur
On se dit : « Cette fois j'ai compris. »
et l'on s'en tête à l'infini...

Rien ne s'arrête, d'autres vies continuent
D'autres parler sans taire
pour ceux qui se sont tues
Rien ne s'arrête, les amours se décollent
Et même si l'on regrette,
le temps lui continue son vol,
rien ne s'arrête

On a eu en nous tant d'espérance malgré la peur
Même si nos rêves s'achèvent en silence
Je crois qu'ils continuent ailleurs...

Life takes us apart, drives us mad,
it puts mountains between us.
We walk our way and suddently
we find ourselves so far away from home,
nothing ever stops...

Life carries us along relentlessly
and sows but regrets on our eyes.
Where are our childhood dreams gone,
the landscapes drawn by silent angels?

(chorus)
Nothing ever stops, other lives go on.
Others speak openly
for thos who went still1
Nothing ever stops, loves come undone2,
and even if we regret,
time still continues its flight3,
nothing ever stops.

Life goes forth, we make mistakes,
but not in the direction our heart was pointing to.
We say to ourselves "this time I got it",
and we persist endlessly...

(chorus)

We had so much hope in us, despite the fear,
even if our dreams end in silence,
I believe they go on somewhere else...