Francis Cabrel "L'homme qui marche" lírica

Traducción al: EN

Derrière chaque fenêtre
Les visages se cachent
Tout le monde est venu
Voir passer l'homme qui marche
Vu d'ici ça paraît tellement facile
On dirait qu'il est tenu par des fils

Il en est tellement venu
Des gens de toutes sortes
Depuis longtemps déjà
On n'ouvre plus les portes
Respirer, c'est toute une histoire
Tellement l'air est mauvais
Sur les trottoirs

Regardez bien: C'est le dernier
Nous on marchait avant
C'était y'a longtemps
C'est presque oublié
j'aimerais bien l'aider mais
C'est le dernier...

Entre les voitures qui sautent
Et les avions qui tombent
Il pourra chercher longtemps
Quelqu'un qui lui réponde
Il appelle, mais on n'ouvrira pas
On s'est tous fait piéger au moins une fois

Regardez bien: C'est le dernier
Nous on marchait avant
C'était y'a longtemps
C'est presque oublié
j'aimerais bien l'aider mais
C'est le dernier...

Il marche entre les nuages de gaz et de poussière
Il laisse à chaque pas comme des taches de lumière
Ça fait des images par terre...

Au prochain coin de rue
L'homme va disparaître
On va rester longtemps
Le nez à nos fenêtres
A se dire qu'on est bien dans nos maisons
Entre les grilles de fer des aérations

Behind each window
The faces hide themselves
Everybody has come
To see the walking man pass by
From here it looks so easy
It’s as if he’s held up by strings

So many people have come
People of all kinds
We haven’t open our doors
For a long time now
Breathing’s such a palaver
The air is so bad
Out on the pavements

Look well, he’s the last one
We used to walk before
That was a long time ago
It’s nearly forgotten
I’d really like to help him but
He’s the last one…

Between the exploding cars
And the falling planes
He’ll be a long time searching for
Someone who’ll answer him
He calls, but we won’t open up
We’ve all been had at least once

Look well, he’s the last one
We used to walk before
That was a long time ago
It’s nearly forgotten
I’d really like to help him but
He’s the last one…

He walks between the clouds of fumes and dust
With every step he leaves something like a splash of light
That leaves images on the ground

At the next corner
The man will disappear
We’ll stay for a long time
With our noses pressed to the window
Telling ourselves that we are well off in our houses
Between the iron gratings of the ventilation system