Stacey Kent "Le mal de vivre" Liedtext

Übersetzung nach: EN

a ne prvient pas quand a arrive, a vient de loin
a s'est promen de rive en rive, la gueule en coin
Et puis un matin, au rveil, c'est presque rien
Mais c'est l, a vous ensommeill au creux des reins

Le mal de vivre, le mal de vivre
Qu'il faut bien vivre, vaille que vivre

On peut le mettre en bandoulire ou comme un bijou la main
Comme une fleur en boutonnire ou juste la pointe du sein
Ce n'est pas forcment la misre, c'est pas Valmy, c'est pas Verdun
Mais c'est des larmes aux paupires au jour qui meurt
Au jour qui vient

Le mal de vivre, le mal de vivre
Qu'il faut bien vivre, vaille que vivre

Qu'on soit de Rome ou d'Amrique, qu'on soit de Londres ou de Pkin
Qu'on soit d'gypte ou bien d'Afrique, de la porte Saint-Martin
On fait tous la mme prire, on fait tous le mme ch'min.
Qu'il est long lorsqu'il faut le faire avec son mal au creux des reins

Ils ont beau vouloir nous comprendre
Ceux qui nous viennent les mains nues
Nous ne voulons plus les entendre, on ne peut pas, on n'en peut plus
Et tous seuls dans le silence d'une nuit qui n'en finit plus
Voil que soudain on y pense ceux qui en sont pas revenus

Du mal de vivre, leur mal de vivre
Qu'il faut bien vivre, vaille que vivre

Et sans prvenir, a arrive, a vient de loin
a s'est promen de rive en rive, le rire en coin
Et puis un matin, au rveil, c'est presque rien
Mais c'est l, a vous merveille, au creux des reins

La joie de vivre, la joie de vivre
Faut bien vivre, ta joie de vivre

It arrived without warning, it came from far away
It walked from shore to shore, a pout on its lips
And then one morning, upon waking up, it’s almost nothing
But it's there in you, sleeping in the small of your back

The pain of living, the pain of living
We must live well to live better

One can put it over the shoulder or put it on the hand like a piece of jewelry
Like a flower in a buttonhole or at the tip of the breast
It's not necessarily misery, it's not Valmy nor Verdun
But it's the tears on the eyelids on the dying day
On the day that comes

The pain of living, the pain of living
We must live well to live better

It doesn't matter if you're from Rome or America, or from London or Beijing
Or from Egypt or Africa, or Porte Saint-Martin
We all say the same prayer, we all follow the same road
The road is long when you have to do it with your back aching

They have the good intention to understand us
Those who come to us with bare hands
We don't want to listen to them, we can't, not anymore
And all alone in the silence of a night that doesn’t end
Suddenly we think of those who have not come back

Of the pain of living, their pain of living
We must live well to live better

And without warning, it arrived, it came from far away
and it walked from coast to coast, laughter on its lips
And then one morning, upon waking up, it's almost nothing
But it's there, filling you with wonder, in the small of your back

The joy of living, the joy of living
You must live well, your joy of living